Story of Echigo (Tadashi Imai, 1963)

leave a comment »

Un des cinéastes ayant connu son apogée pendant les années cinquante, Tadashi Imai est l’illustrateur type d’une certaine frange du cinéma japonais balayée par la vague des cinéastes modernistes et rénovateurs qui lui succédèrent. Mis en image dans une ampleur typique des adaptations littéraires « à paysage » et animé par les (mélo)drames accablant le petit-peuple, Story of Echigo dévoile pourtant très vite sa pulsation, froide et mécanique, qui alimente cette histoire d’un couple détruit par la rancœur d’un homme jaloux. Derrière la belle facture visuelle classique noir&blanc (primat sur les paysages enneigés ouverts et intérieurs ouvriers oppressants), un filmage plus académique (prédominance de plans fixes inscrit dans la durée) et une narration sans grande finesse (narrateur envahissant, découpage monotone) se dessine un drame ouvrier où les personnages se vident progressivement pour devenir les simples pions guidant une inflation misanthrope. Un cynisme qui débordera dans un dernier-tiers rempli de pathos et procédés douteux (viol, mort violente, avortement, suicide et autre « plan-téton » de cadavre) comme autant de révélateurs d’une charge émotionnelle factice et d’un projet misérabiliste . Pauvre petit peuple !

Publicités

Written by NR

novembre 1, 2011 à 11:08

Publié dans Cinéma

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s