Les Temps Morts (René Laloux, 1961)

leave a comment »

Montage court de dessins surréalistes, d’images d’archives violentes que recouvre une voix-off monotone livrant une réflexion sur la fascination de l’homme pour la mort , Les Temps Morts suinte une pesante mélancolie auquel fait écho le superbe thème d’Alain Gorager. Un univers distinctif dont la puissance poétique porte les traits reconnaissables de René Laloux et Roland Topor (deux auteurs signant ici leur première collaboration) dont les obsessions sur l’Humain entrent en résonance, prenant le chemin d’une évocation existentialiste bien particulière où le pessimisme s’exprime par l’entremise d’un regard lucide et ironique témoignant aussi d’une touchante fragilité.

Publicités

Written by NR

novembre 9, 2011 à 11:22

Publié dans Cinéma

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s