Mahjong (Edward Yang, 1996)

leave a comment »

Un des films les moins connus d’Edward Yang, Mahjong porte pourtant en son sein toute la puissance cinématographique de son auteur. On y retrouve une structure narrative ciselée conférant une véritable densité à une galerie de personnage s’entrecroisant dans une Taipei cosmopolite à un tournant de son histoire. Comme dans ses autres œuvres, c’est tout autant à une peinture d’individus, de couples, de générations qu’un regard sur son pays auquel nous convie le cinéaste. Si la maitrise scénique et narrative impressionne toujours autant, c’est pourtant dans l’humanité de ses personnages que Mahjong trouve sa vraie force. A travers ces épisodes entrecroisés, Edward Yang pose un regard inquiet et attendri sur une jeunesse paumée, une fragilité trouvant écho dans le cadre ample et incertain que déploie le cinéaste, pour mieux en faire résonner l’amertume tout autant que l’espoir que l’amour peut faire naitre.

Publicités

Written by NR

novembre 9, 2011 à 12:19

Publié dans Cinéma

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s